La Constipation de Cindy

-&-

Un soir où j’étais à table pour le souper, j’avais 16  ans à cette époque, maman me demanda si je me sentais bien, je n’avais presque rien mangé et j’étais un peu fatiguée, je lui répondis que je me sentais un peu lasse et que je n’avais pas beaucoup d’appétit. La vérité est que je n’ai aucune envie de quoi que ce soit. Elle me demanda si je n’étais pas fiévreuse, je lui répondis par la négative, elle me demanda alors, quand pour la dernière fois, j’avais été à la toilette, je lui répondis en rougissant que c’était hier.

Après le souper, je fus étonnée de voir maman venir à moi avec une bouteille et une cuillère. Elle me dit que c’était plus sur, que c’était un peu d’huile de foie de morue et que demain tout irait beaucoup mieux et que j’irai sûrement à la toilette. Cette potion avait un goût détestable, mais je n’osais pas rouspéter, connaissant la sévérité de maman.

Le lendemain, au petit déjeuner, je ne mangeais pas beaucoup, ce qui fit réagir maman qui me demanda si l’huile avait fait de l’effet, je lui répondit par la négative.

Après le déjeuner, je me rendis à l’étage pour regarder la télévision dans ma chambre, trois quart d’heure après, maman m’appelle, elle me dit de la suivre à la salle de bain, en chemin, elle me dit que j’avais besoin d’alléger mon estomac , j’entre dans la salle de bain et j’attend, maman me dit d’abaisser ma petite culotte et quitte la pièce et se dirige vers la cuisine, elle revient aussitôt avec une boite de suppositoires, je n’en n’avais plus reçu depuis quatre ou cinq ans. Elle ouvre la boite, enlève un suppositoire, me couche sur ses genoux, me sépare mes fesses à l’aide du pouce et de l’index et me graisse l’anus du bout du doigt avec sa salive, puis elle m’introduit le suppo dans l’anus, me dit de me relâcher et de le laisser glisser dans mon rectum et me dit d’attendre que l’effet se fasse.

Maman quitte le salle de bain, comme elle ne m'a pas introduit le suppositoire profondément, je pousse et l’expulse aussitôt, je l’enveloppe dans un mouchoir en papier et le jette dans la corbeille. Après deux minutes, maman me demande si j’ai fait caca, je répond que non et pour cause, elle me dit d’attendre que le suppositoire fasse son effet et que cela ne saurait tarder. Après vingt minutes, je lui demande si je peux descendre et me reposer, elle accepte et je quitte la salle de bain.

Pendant que je me repose sur le divan, maman repasse dans la cuisine, elle regarde de temps en temps vers moi et me demande si je n’ai toujours pas envie de faire caca, je lui répond "non, pas encore", elle me dit de me reposer et de laisser une chance au suppositoire de faire son effet. Après le repassage, je l’entend commencer la vaisselle du déjeuner.

Après un quart d’heure, maman me demande de venir à la cuisine et me demande encore une fois si j’ai été à la toilette, bien sur, je lui répond que non, elle me dit de me rendre à la salle de bain, je croyais qu’elle me disait cela pour que j’essaie encore une fois, mais quand j’entre dans la pièce, je fus surprise de ce qui m’attendais, j’avais entendu couler de l’eau, croyant que maman rinçait la vaisselle, mais non, elle avait remplit une petite bassine d’eau chaude savonneuse, maman entre dans la salle de bain et me dit que puisque le suppositoire ne faisait pas d’effet, elle avait pensé à autre chose, elle ouvre la pharmacie et sort la poire à lavement, elle s’assied sur le WC , me prend la main et me place entre ses jambes, passe ses mains sous ma nuisette, baisse ma petite culotte et enfin me bascule en travers de ses genoux. Je me sens un peu embarrassée de me retrouver dans cette position mais n’ose pas réclamer car cette position est idéale pour recevoir la fessée, ce qui ne serait pas la première fois malgré mon âge, je regarde par dessus mon épaule et voit maman presser la poire avant de la remplir dans la bassine, la canule noire entre dans l’eau et elle relâche la poire, j’entend l’eau chaude entrer dans la poire avec un bruit d’aspiration. Toute la salle de bain sentait le savon.

Maman m’écarte les fesses, me vaseline l’anus et même l’intérieur et m’enfonce la canule  profondément dans le rectum, je sursaute un peu, elle me dit de respirer un grand coup et presse doucement sur la poire, vidant son contenu dans mon derrière, elle retire la poire et la remplit de nouveau, cette fois elle trouve directement la cible, l’enfonce et presse, elle me demande si je sens l’e au me pénétrer, je répond par l’affirmative, je compte le nombre de fois qu’elle me l’introduit et après la quatrième fois, je crie que je n’en peux plus les larmes aux yeux, elle enlève la poire et la dépose dans la bassine, me relève et quitte la pièce.

Je m’assied directement sur la lunette du WC et expulse le lavement. Après cinq minutes, maman frappe à la porte et me demande ce que je faisais, je lui répond que je venais d’expulser l’eau du lavement et même des petits étrons, elle me dit de pousser et de rester encore un moment, après dix minutes, je m’essuie et tire la chasse d’eau, je quitte la salle de bain et me rend dans ma chambre.

Maman entre dans la chambre et me demande si je me sens mieux, je lui répond que je ne me sens pas beaucoup mieux, après son départ, je m’endors et fait un petit somme d’environ deux heures, je me lève et me rend dans la cuisine et dis à maman que je suis assoiffée, elle me verse un verre de jus d’orange et me dit de me rendre à la salle de bain et d’essayer une nouvelle fois, je me rend et reste dix minutes sans résultat, je retourne dans la salle de séjour et regarde le feuilleton à la télé, maman m’apporte un sandwich vers seize heure, je lui dis que mon estomac est chargé et que je n’ai pas faim, elle s’assied à côté de moi et pose sa main sur mon front, se relève et se dirige vers la salle de bain, elle revient après un court instant, tenant dans la main le thermomètre, j’ai horreur de cela, sachant de quelle manière elle me prend la température, mais rien n’y fait, je dois me coucher sur le ventre, elle relève ma nuisette et me baisse ma petite culotte dégageant mes petites fesses, elle lubrifie mon petit trou au moyen de sa salive et m’introduit l’instrument le laissant cinq minutes tout en le maintenant à la base, elle l’enlève délicatement et me remonte ma culotte, je n’ai pas de fièvre. Elle me dit que si je n’avais pas été à la toilette avant dix-neuf heure, elle me redonnerait un lavement, mais cette fois au moyen du bock de deux litres.

Vers dix-neuf heure, j’entend les préparatifs qui commencent et je serre mon popotin d’appréhension , à ce moment, on frappe à la porte, la voisine, la maman de Nat vient rendre visite à maman, je suis sauvée, du moins c’est ce que je pense, à vingt heure trente, j’entre dans la cuisine pour prendre un verre, la voisine me dit bonjour et je lui répond faiblement, je retourne dans le salon et j’entend la voisine demander à maman si j’étais malade, maman lui répond que je suis barbouillée et constipée, la maman de Nat dit que pour sa fille elle lui met un suppositoire de glycérine, maman lui dit à ma plus grande honte, qu’elle a une solution plus efficace et, que pour mon cas, un lavement est la meilleure solution, la voisine approuve maman et lui dit que c’est stupide d’attendre trop longtemps et que si maman veut, elle peut l’aider dans cette tâche.

Maman accepte et ne perd pas de temps, elle me fait venir dans la cuisine, m’enlève ma nuisette et me fait coucher sur les genoux de la maman de Nat, cette fois je suis couchée sur le dos et la voisine me tient les jambes, les genoux sur ma poitrine, je suis rouge de honte de me retrouver dans cette position ne cachant ni mon petit trou, ni ma foufoune.

La voisine me vaseline l’anus pendant que maman remplit le bock d’eau chaude ajoutant une petite bouteille de glycérine et mélangeant le tout, maman s’essuie les mains et ajuste un long tuyau de caoutchouc rouge à la base du bock, au bout de ce tuyau se trouve une longue canule noire, maman ouvre le robinet et laisse couler un peu d’eau chassant l’air du tuyau, maman tient maintenant le bock assez élevé pendant que la voisine introduit complètement la canule dans mon petit trou. Je me contracte un peu, la canule est plus grosse que celle de la poire.

Sans avertissement, maman ouvre le robinet et l’eau ruisselle dans mon derrière, la voisine tient la canule à la base, maman élève le bock un peu plus haut et je sens directement la différence, l’eau se précipite et les premières crampes commencent, j’ai les larmes aux yeux, la voisine me masse doucement le ventre, au moment ou je crois ne plus pouvoir me retenir, maman ferme le robinet déclarant que le bock est vide. La voisine me retire doucement la canule et m’aide à me relever, honteuse et sans attendre, je me précipite à la salle de bain sous le rire des deux femmes.

Je m’assied et aussitôt expulse ce damné lavement, quand tout est terminé, je me lave et quitte la salle de bain, me rend à la cuisine pour récupérer ma nuisette, maman et la maman de Nat discutent ensemble, en souriant, elles me demandent si cela avait fait de l’effet et maman me dit qu’à partir d’aujourd’hui ce serait le traitement de ma constipation et la voisine ajoute que dès qu’elle rentre à la maison, elle donnera un lavement à Nat.

Je dois remercier la voisine de son aide, embrasser maman qui me tapote le popotin à ma grande honte, puis je quitte la cuisine pour me rendre dans ma chambre.

Auteur: Cindy