Cindy et sa Maman

-&-

Je m’appelle Cindy et je suis une jeune fille de 18 ans. Pour ma Maman, la meilleure façon de prendre la température est la voie rectale et si je passe deux jours sans aller à la toilette, elle m’attend avec un suppositoire.

08H35

- Bonjour ma chérie, tu as bien dormi ? tu te sens mieux ?

- Oh Maman si tôt, je suis encore fatiguée

- Mets toi sur ton ventre que je prenne ta température.

Maman abaisse les couvertures et je me tourne sur le ventre. Elle abaisse ma culotte de pyjama, me met un peu de salive sur mon anus et me plante le thermomètre, elle est assise sur mon lit et tient le thermomètre tout en me tapotant mes fesses.

- Après ta température, je vais te laver et tu pourras encore rester un peu au lit ma chérie.

Après trois minutes, elle enlève l’instrument et me dit :

- Tu as 37.2, c’est normal, enlève ton pyjama que je puisse te laver.

Je l’enlève pendant qu’elle se rend à la salle de bain. Elle revient avec une petite bassine, un gant de toilette et un essuie de bain. Je suis couchée sur le dos, elle commence par me laver les bras, puis la figure, la poitrine, j’ai la chair de poule quand elle passe le gant de toilette sur mes seins, ensuite le ventre,

- Lève tes jambes mon cœur, dit-elle en soulevant mes cuisses, maintenant mes genoux sont sur ma poitrine et je m’imagine que je ne cache plus rien à Maman. Doucement elle savonne ma foufoune et descend jusqu’à mon petit trou, elle rince tout et me demande de me coucher sur le ventre, elle frotte le dos, les fesses et mes jambes ..

Elle m’essuie partout et je peux maintenant m’asseoir sur le lit, elle m’enfile une chemise de nuit m’arrivant à mi-cuisses, puis m’embrasse et remonte les couvertures.

Je somnole un peu tout en pensant à mon amie Nata, ce qui amène de l’humidité entre mes cuisses

Vers midi, Maman entre dans la chambre.

- Alors paresseuse, toujours au lit, c’est le moment de la température, si tu n’as plus de fièvre, tu pourras t’habiller et descendre dans le salon.

Je me tourne sur le ventre, elle remonte ma chemise de nuit, m’écarte mes petites fesses et introduit le thermomètre, juste à ce moment, le téléphone sonne, Maman me quitte, laissant l’instrument planté entre mes fesses. Je me souviens de ce que nous avons parlé avec Nata, et j’enlève le thermomètre et bien sur, je n’ai plus de fièvre, je prends l’instrument et je trempe le bout du thermomètre dans le chocolat chaud que je viens de recevoir jusqu’au moment ou il indique 38.9, puis je le remet en place et attend le retour de Maman.

- Mais ma chérie, tu as une poussée de fièvre, je croyais que cela allait mieux, attend je vais te mettre un suppositoire.

Elle descend chercher le médicament et je souris du bon tour que je viens de jouer. Hélas je déchante à son retour, elle tient en main le suppo mais aussi un pot de chambre.

- Chérie, tu n’as pas encore fais caca aujourd’hui, fais vite avant que je te mette le suppositoire.

- Mais Maman j’irai au WC, je n’ai pas besoin du pot.

- Ne discute pas, j’attend !

Avec honte je m’assied sur le pot de chambre et je pousse mais rien ne vient, après 3 à 4 minutes d’effort Maman dit :

- Tu vois, je crois que tu es constipée, essaie encore, je reviens.

A son retour, elle s’assied sur une chaise et m’appelle, elle me couche sur ses genoux, me met de la salive sur mon petit trou et un peu à l’intérieur, puis je sens quelque chose de froid appuyer sur l’entrée, Maman pousse le suppo de glycérine a l’intérieur à l’aide de son doigt, puis me serre les fesses à l’aide de sa main.

- Attend 5 à 6 minutes et puis tu essaieras encore une fois.

Après un temps qui me paraît une éternité, elle me claque le joufflu et m’aide a me relever, j’essaie de nouveau et cette fois je sens quelque chose sortir et tomber dans le pot, mais malgré mes efforts, plus rien ne vient.

Maman qui avait quitté la chambre revient.

- Lève toi que Maman voie ce que tu as fait. Mais il n’y a que le suppositoire, tu es certaine que tu as essayé ?

- Oui Maman je t’assure, mais je ne dois pas faire.

Maman se rend dans la salle de bain ou j’entend un bruit d’eau .Cette fois elle revient avec la bassine et la plus grosse des poires à lavement de la maison. Elle s’assied de nouveau sur la chaise et m’appelle :

- Viens te mettre sur mes genoux, tu verras tu te sentiras beaucoup mieux après.

- non Maman , je ne veux pas ! Tu sais bien que j’ai horreur de cela !

- Tu viens de ton plein gré ou je te couche de force sur mes genoux et je te chauffe ton popotin avant de te faire le lavement ! Tu as le choix…

Je me couche en travers de ses cuisses, elle m’écarte mes fesses et me met quelque chose de froid sur l’anus.

- C’est de la vaseline, allez pousse un peu, cela ne fait pas mal.

Je pousse et en même temps, je sens la canule entrer à l’intérieur, elle la pousse à fond, je gémis un peu les larmes aux yeux.

- Tu es prête ?,

Elle pousse sur la poire et je sens l’eau chaude entrer dans mes intestins.

- Stop Maman , je dois faire !

- Non ma chérie, reste tranquille, Maman va te remettre encore une poire, la même opération se renouvelle pendant que je sens les premières crampes.

- Oh arrêtes Maman, je n’en peux plus, je dois faire caca, je ne sais plus me retenir !

Elle enlève la poire et la remplace par son doigt.

- Attend un peu ma chérie que cela fasse son effet.

N’en pouvant plus, je supplie, à la fin elle me laisse me relever et je me précipite sur le pot, à peine assise, l’eau et autre chose s’échappe de mon trou, je suis rouge de honte pendant que Maman sort de la chambre, un sourire aux lèvres.

Pendant l’absence de Maman, je continue de faire mon caca et tout en caressant mon clitoris, je pense à mon amie Nata.

Maman revient, me demande si j’ai fini, puis me lave l’entrefesses, je me couche sur le lit et Maman me soulève les jambes et cette fois me met le suppositoire contre la fièvre, me remonte les couvertures et me dit au revoir.

Je me tourne sur le ventre, serre mes cuisses très fort et je joui enfin tout en pensant à Nata…

Auteur: Cindy