L'INVENTAIRE

-&-

L'inventaire était enfin terminé. Réunies autour d'un café au fond de la réserve, mes yeux se posèrent sur Sabine, ma responsable de rayon, une belle femme de 35 ans adorable de gentillesse, pulpeuse aux yeux et aux cheveux noirs.
Sans que je puisse encore l'expliquer aujourd'hui, je m'approchai d'elle et lui caressai la joue, comme pour lui dire mon contentement d'avoir fini de compter, de compter encore et encore.
Debout devant elle, elle me fixa d'un sourire fatigué et se blottit contre moi, à hauteur de mon ventre. Je me mis à lui caresser les cheveux, je sentais ses seins lourds contre mes cuisses.
Sans dire un mot, elle glissa sa main le long de ma cheville et remonta ma jambe jusqu'à mon slip. Je la laissai faire, respirant fort et me laissant aller à un désir devenu irrépressible.
Écartant mon slip, elle caressa ma toison blonde et réalisa vite que j'étais fort sensible aux jeux de ses mains. Un jus chaud humidifiait mon sexe, et mon clitoris était dressé contre sa langue qui désormais mangeait ma chatte. Je jouis rapidement une première fois, toute debout et m'allongeai alors sur ses conseils sur un tas de carton. Elle me dévoila enfin ses seins lourds, un 95D me dit-elle, mats et
fermes aux bouts dressés. Je les embrassai et les léchai longuement, elle les frottait contre mes seins et ma chatte en feu. Exquise sensation jusque là inconnue. Je la suppliai de ne pas enlever son slip, je voulais découvrir son sexe, comme une apparition. Poils par poils s'il le fallait.
Quelques poils perçaient la fine étoffe, son slip était trempé, son sexe dégageant une odeur de miel chaud. Sa chatte noire était magnifique, très fournie mais entretenue, aux larges lèvres humides, une vulve bien marquée, et un clitoris prêt à exploser.
J'enfouis mon visage entre ses cuisses et lui dévorai sa toison, attardant ma langue sur son clitoris puis sur son anus, au gout de bronze. Un doigt puis deux s'égarèrent dans son intimité anale pendant que ma langue eut pénétré sa chatte. Un orgasme violent s'empara d'elle et un jet de cyprine éclaboussa mon visage.
Surprise par son plaisir anale, elle me proposa d'y goûter moi aussi. Hormis un doigt d'une ancienne amie, rien n'était jamais venu troubler sa tranquillité .
mais ce soir là j'appartenais à Sabrina.
Ce fut d'abord sa langue qui s'amusa avec mon anus, qui vite dilaté accueillit deux puis trois de ses doigts. Je jouissais comme une chienne que je ne soupçonnais pas être. Je caressais ma chatte injustement délaissée qui en redemandait, en m'attardant sur mon clitoris tendu comme un
arc. Sabine douce et précautionneuse, introduit alors un petit tube en acier d'une vingtaine de centimètres dans ma chatte, son contact froid me surprit d'abord puis m'arracha un violent orgasme. Certain de sa destination, c'est moi même qui l'introduit dans mon anus, alors que Sabrina caressait sa chatte et ses seins devenus énormes. Son entre cuisse brillait de son jus.
Elle jouit fort alors que je ressentis pour la première fois un magnifique orgasme anal.

Je terminai cette soirée ma langue toute entière dans son anus, le petit tube tout entré dans sa belle chatte noire d'Italienne. Prête à hurler, elle le retira subitement pour frotter son sexe contre le mien . Elle jouit alors et je sentis son ultime jet inonder mon entre cuisse, ses seins brulants collés aux miens. Elle fut alors la plus belle des femmes.

Auteur:Inconnu