Corinne 2

2ème partie

Tu peux m'aider à faire le service Corinne?, sers un whisky à Cédric. Corinne ne se fait pas prier, sentant qu'elle commence à faire partie des intimes de Nathalie, elle se sent légère et sert le whisky, elle s'approche de Cédric qui est affalé au bord de la piscine, elle se sent bien et perdant sa réserve lui tend le verre en disant gaiement "Tiens Cédric ton apéro". Nathalie se précipite sur elle et la gifle, Corinne en laisse tomber le verre par terre. Je ne te permets pas cette familiarité avec mon mari, petite sotte, Corinne regarde Nathalie médusée, cette dernière a un regard de feu, ce regard qu'elle lui a vu prendre envers des subordonnés et qu'elle ne voulait surtout pas voir dirigé contre elle. Elle regarde le verre cassé. Nathalie hurle : ramasse ça et va le jeter idiote, je pensais pouvoir faire quelque chose de toi mais tu es nulle archi-nulle. euh Corinne bredouille elle retient ses larmes, mais où vais je trouver la serpillière et une pellette? Là dans la cuisine débrouille toi et reviens vite, je vais te ramener chez toi. Corinne éclate en sanglots et part à la cuisine, elle revient et ramasse le verre cassé essuie le liquide, cela aux pieds de Cédric qui n'a pas bougé, elle est juste au niveau de son entre jambes, elle est dans une situation humiliante qu'elle ressent jusqu'au plus profond d'elle-même.... Après quelques minutes qui paraissent interminables à Corinne, Cédric se redresse et lui caresse les cheveux : Ne pleure pas Corinne Nathalie peut te pardonner, elle n'est pas si dure, mais elle aime l'obéissance et la déférence, sois très soumise et tu peux sauver ta place, il lui caresse la joue. Corinne se sent à ce moment complètement inférieure, petite,minable, objet, elle n'ose pas redresser la tête car son visage serait alors à 10 cm de la verge de cet homme. Va lui demander pardon. et dorénavant tu nous appelles MONSIEUR ET MADAME et tu nous vouvoies tu as compris? Oui Monsieur dit Corinne en hoquetant; elle éprouve une folle envie à cet instant de le remercier et de prendre ce sexe, de le câliner de le caresser, mais elle réprime cette pulsion interdite à ses yeux. Nathalie est partie nager dans la piscine, Corinne marche vers elle et se met au bord à genoux : Madame, j'ai tout nettoyé, je vous prie de me pardonner, je ne ferai plus d'erreur, je vous en prie ne me ramenez pas, laissez moi une chance, j'ai toujours tout fait pour que mon travail vous plaise, j'ai encore besoin d'apprendre, sans vous je ne serai rien je vous en supplie. Nathalie s'est agrippée au rebord elle la regarde d'un air supérieur et un peu méprisant qui glace Corinne. Très bien je te laisse une chance mais ce n'est pas moi que tu as offensée c'est mon mari. Va le masser on va voir comment tu t'y prends. Corinne tétanisée se dirige vers Cédric , Nathalie la suit. Cédric est allongé sur le dos. Masse lui les jambes et les cuisses ça lui fait du bien, avec cette huile. Corinne s'agenouille docilement entre les cuisses écartées de Cédric et s'enduit les mains de l'huile que lui tend Nathalie. Cédric a mis un chapeau sur son visage. Corinne commence à lui masser les mollets elle éprouve de la gêne à aller plus haut; bien lui dit Nathalie, les cuisses maintenant, Corinne commence à masser les cuisses musclées de l'homme. L'effet ne se fait pas attendre et son sexe commence à s'allonger, à durcir, Corinne est rouge de honte mais ne veut pas le montrer, elle hésite à tout arrêter mais elle pense à son avenir, elle sait qu'être l'assistante personnelle de Nathalie lui permettrait de se loger enfin décemment, elle qui vit dans une chambre de bonne avec les toilettes à l'étage, étant d'un milieu très défavorisé. Jamais elle ne retrouvera une telle chance. C'est bien, plus haut Corinne tu sais te faire pardonner, et elle lui caresse les cheveux affectueusement. Sentir Nathalie douce avec elle après cette dureté est merveilleux pour Corinne, elle sent que plaire à Nathalie est un besoin viscéral pour elle, et elle remonte ses mains en haut des cuisses. Nathalie pendant ce temps caresse le torse de Cédric puis son ventre; ses mains touchent le pubis poilu puis descendent encore pour saisir de sa main droite le sexe tendu, magnifique, de Cédric, un sexe non seulement imposant tant en longueur qu'en largeur mais d'une fine beauté. Corinne fait tout ce qu'elle peut pour ne pas regarder. soudain d'une voix ferme Nathalie dit : CORINNE!!! Cette dernière s'arrête et regarde Nathalie : "Oui Madame?" Enfin Corinne il va falloir que tu t'ouvres un peu, tu n'as donc jamais vu une bite de ta vie? Corinne rougit : euh....Jamais elle n'avait osé utilisé un terme aussi crû. Moi je ne travaille pas avec une fille qui fait la sainte nitouche, nous ne sommes plus au XIXème siècle. Regarde moi. Je te préviens si tu détournes le regard je ne veux plus entendre parler de toi, je te ramène et ta période d'essai finit lundi matin. J'en ai marre, je veux des filles modernes dans mon service. Mais moderne ne veut pas dire Marie couche toi là Madame... La bonne éducation de Corinne venait de parler, mais son intelligence le regretta aussitôt, le regard de Nathalie se fit dur très dur, presque cruel, avec un accent de mépris insupportable pour Corinne qui l'admirait tant. La gifle qu'elle reçut la fit tomber à terre. Bon va te rhabiller je vais te raccompagner, tu es trop bête, et elle prit le sexe de Cédric et commença à le sucer. Corinne se sentit nulle à chier, nue à genoux, méprisée et rejetée, elle se leva et, tel un automate commença à se diriger vers ses vêtements en sanglotant, elle prit sa culotte et se retourna vers ses hôtes. Nathalie ne faisait plus attention à elle, elle suçait activement Cédric qui visiblement prenait un plaisir fou. Corinne sentait malgré elle une énorme excitation, elle avait une folle envie de partager cet homme avec sa maîtresse (Tiens elle avait pensé Maîtresse) elle avait tout perdu, elle se vit loin de Nathalie et devant rechercher du travail, un petit boulot de dactylo sans avenir. Cela lui parut insupportable, elle ne pouvait pas partir, être exclue. Elle se précipita vers le couple, se mit à genoux et les mains jointes elle supplia Nathalie : Pardon Madame je suis stupide vous me donnez tout, et je suis si bête je vous obéirai je vous jure je ferai tout ce que vous voudrez je serai votre servante votre esclave dites moi ce que je dois faire mais ne me jetez pas, je vous en supplie..Elle pleurait sanglotait, et disait des choses qu'elle ne se serait jamais sentie capable de prononcer, esclave avait elle dit? Elle ne savait pas le plaisir qu'elle faisait à Nathalie qui entendit ces mots avec une volupté inégalée. NATHALIE leva la tête doucement, tenant toujours le sexe humide de Cédric et regarda Corinne. Tu as dit : "ESCLAVE?? Corinne dit: euh oui Madame, Répète le: Dis que tu es notre esclave dévouée. Corinne baissa la tête : Je suis votre esclave dévouée MADAME, Et celle de Monsieur aussi... Oui l'esclave de Monsieur aussi Madame. Bien alors je te garde mais à la moindre incartade tu sais ce qui t'attend. Pour commencer tu feras le service ce soir entièrement nue, et à la fin du repas tu recevras une punition. Dis : Oui Maîtresse, je vous obéirai et recevrai un punition méritée; Corinne, complètement vaincue, sans volonté, répéta : Oui Maîtresse, je vous obéirai et recevrai une punition méritée.

A suivre

Auteur:Bernard

logo