Comtesse noire

Une nouvelle aventure de l'agent O0sex

Quand 00sex pénètre dans la pièce du château, il a les yeux bandés et sa fatigue est immense d’autant que sa destination est floue. La vue bientôt recouvrée et une fois les mains libres – quoique toujours sous le feu d’une arme – son regard s’ouvre sur un intérieur assez moderne où surnagent surtout le bleu et le rouge. Une femme très élégante dans une robe échancrée jusqu’à mi-cuisse et de noir vêtue semble l’attendre ; elle fume une cigarette posée sur un long filtre en métal tout en restant de marbre.

« Bonjour comtesse Graziella », dit alors 00sex.

La femme se retourne, elle roule gentiment les R quand elle parle :

« Vous n’avez pas été long à me reconnaître 00sex. »

«  Ce n’était pas bien difficile, vous êtes la comtesse la plus bandante que je connaisse et puis c’est bien dans vos manières de me faire enlever pour octroyer une plus grande liberté à vos méchantes manigances. »

La comtesse Graziella est issue d’une famille qui s’est illustré par ses crimes au travers des siècles. Tantôt espionne, tantôt terroriste, toujours noble la comtesse ne vit que pour l’argent, le pouvoir et le meurtre. Ses ascendances à la fois slaves et latines lui offrent une beauté que seul égale sans doute sa perfidie. 00sex ne l’avait plus vue depuis cinq ans, à l’époque il s’était opposé à elle dans une obscure affaire de micro-film mais la comtesse avait réussi à lui échapper. « Tant de beauté au service du malin, ne peut donner que sur du malheur », pense 00sex à raison

La comtesse se retourne brutalement et demande d’un ton sec et pressé d’amener ce qu’elle nomme « les deux engins » et de les mettre sur la table.

« De quels engins s’agit-il ? », ose alors questionner 00sex sans toutefois plus s’attendre à être répondu.

Quelle n’est pas sa surprise lorsque l’on lui donne à voir deux godemichés en forme de bite que l’on place bientôt à équidistance face à face sur un guéridon dont la table semble mobile.

« Que veut dire.. » s’exclame 00sex tout à son incompréhension.

La comtesse s’explique avec empressement et à sa voix se mêle l’excitation.

« Comme vous les voyez là ils ne se différentient pas l’un de l’autre et pourtant… Celui est banal, tandis que cet autre renferme une bombe qui avec la cyprine forme un mélange explosif. » 

«Une bombe !!» s’indigne 00sex.

« C’est cela, une bombe intime si vous préférez »Souligne la Comtesse d’un rictus sournois aux lèvres.

« Vous êtes machiavélique. L’explosion de Gibraltar c’était donc vous et celle de Mexico… »

« …De simples petits essais. Quelle belle mort que de mourir en jouissant ne trouvez-vous pas ? Le seul petit problème c’est que l’instant qui précède l’explosion le godemiché atteint une couleur tantôt d’un rose exagéré ou sinon étrangement violacée. Ce petit inconvénient sera résolu d’ici quelques jours. Pour armer la bombe il suffit de tourner le gland une fois, si l’on veut que l’explosion soit douce, deux fois pour une explosion plus forte.» Et la comtesse de donner corps à ses dires en tournant le gland par deux fois avant de reposer le godemiché à la place exacte où elle l’a pris et de reprendre :

« Nous allons envahir le marché de ces petits engins, tous les gouvernements du monde vont en trembler et moi je ne pourrais que m’enrichir abondamment. Nous allons faire frémir la planète et vous ne serez plus là pour le voir : je vous ai suffisamment eu sur mon chemin ! »

00sex songe alors à gagner du temps et dit se souvenant que la comtesse aime à parler de ses fesses :

«J’ai toujours rêvé de voir votre postérieur, on en dit le plus grand bien… »

La comtesse semble naturellement flattée de l’intérêt que 00sex porte à son derrière.

« Un homme qui a du goût… Tout condamné a droit à voir ses dernières volontés exhaussées. Boris et Esteban attendez près de la porte ! » , lance-t-elle à ses deux hommes.

Dès que ses sbires atteignent la porte la comtesse lève sa robe, abaisse sa culotte et donne à voir ses fesses à 00sex qui ne peut contenir une formidable érection qui lui interdit tout autre pensée, sauf de savoir maintenant pourquoi la comtesse apprécie tant de parler de son cul.

« Et maintenant que vos sens sont contentés mes hommes vont s’occuper de vous.., …cette scène attendrissante m’a donnée l’envie d’un petit plaisir solitaire. »

Sur quoi la comtesse se tourne vers ses hommes qui de nouveau encadrent 00sex et dit, s’adressant d’abord à ce dernier, le sarcasme et le triomphe dans la voix :

ADIEU 00SEX ! NOUS NOUS REVERRONS AU PARADIS AH AH AH ! EMENEZ-LE !

« Ou en enfer » Soliloque alors 00sex avant d’être brutalement saisi par Boris qui le traîne à l’extérieur. En passant près du guéridon où se dressent fièrement les deux phallus 00sex donne un petit coup sur la table de façon à ce qu’elle pivote sur elle-même et à ce que cela inverse la position des deux godes. Une mission bientôt réussie avec la discrétion nécessaire. Une fois dehors 00sex à tôt fait de se débarrasser de Boris et d’Esteban qui finissent par s’entretuer, étant moins vif, eux, à la détente que 00sex à la cabriole qui sauve. Deux coups de feux tirés de concert et c’est leurs corps qui s’affalent lourdement sur le sol.

Pendant ce temps, la comtesse s’est entièrement dénudée, même ses pieds sont nus car elle adore être complètement à poil quand elle s’offre un instant de plaisir. Les coups de feu l’ont rassurée quant au sort de 00sex qu’elle croit mort et bientôt enterré. Elle saisit avidement le godemiché placé sur la table sans s’apercevoir du changement opéré par 00sex et s’installe sur le divan. A l’aide d’une barre de fer elle bloque le godemiché en forme de bite à la hauteur de son sexe et commence à se donner du plaisir tout en s’aidant d’un gros vibromasseur à qui elle fait visiter la géographie rose de son corps. Elle se masturbe lentement, très lentement jusqu’à s’approcher dangereusement des portes de la jouissance quand soudainement elle s’aperçoit de son erreur lorsque le godemiché change de couleur. Elle contient mal sa stupeur : « MON DIEU !! »

Son visage se partage alors entre la surprise et la jouissance, donnant plus de place à l’une ou à l’autre selon les sensations qui lui arrivent, mais c’est finalement la peur et une excitation morbide qui emportent ses traits. Ne pouvant contenir plus longtemps l’énorme orgasme qui la condamne, elle hurle de frayeur tandis que son corps se cabre dans un spasme de plaisir…

…et elle finit par exploser, prise à son propre piège, emportée nue dans la mort. Ainsi disparaît la comtesse au cul nu aussi bruyamment qu’elle avait vécu. « Quelle drôle de manière de s’envoyer en l’air » plaisante 00sex qui peut une fois encore s’enorgueillir d’avoir sauvé le monde d’un péril, le péril rose, en l’occurrence, de l’orgasme atomique.

FIN

 
Enquête chez les nudistes

Cette année, l’été était plus chaud que d’accoutumée et il n’y avait qu’un nudiste pour ne pas trouver à trop s’en plaindre. Au camp de la Grotte - ainsi nommé en raison de la présence avoisinante d’une grotte partagée entre lacis, méandres et mystères -, on venait d’élire comme tous les ans la plus belle fille nue du camp. Le titre était reconnu à défaut d’être disputé. En effet depuis trois ans Sabrina gagnait le trophée et jouait les gênées tout en haut du podium. Il faut pour tout avouer dire que cette grande blonde de 19 ans en faisait des tonnes en vue de son élection et qu’il fallait être aveugle pour ne pas la remarquer. Lorsqu’elle jouait au tennis, nue avec ses baskets blancs et les cheveux ramenés en couettes, beaucoup d’hommes venaient admirer les déhanchements lascifs et roses de son corps et il n’y avait rien de plus amusant que de voir toutes ses bites levées en bordure du terrain. Pour une fois en vacances et le visage augmenté d’une énorme moustache en vue de s’assurer une part d’incognito, 00sex comptait parfois parmi ces gens. Il n’était pas rare que dans les vestiaires, encore le corps tout en sueur Sabrina ne s’adonne à des délires masturbatoires qui finissaient par éveiller l’intérêt de quelques-uns qui venaient ensuite la baiser. Elle adorait masturber les bites avec ses pieds ou lorsqu’elle était vêtue d’un slip ou d’un maillot de le faire glisser lentement jusqu’à dévoiler la tendre nudité de son postérieur. Seulement cette année Wionna Tenderllo était morte et la fête fut gâchée. On avait retrouvé son corps recroquevillé et meurtri en contre-bas de la falaise. O0sex eut compris si la victime avait été Sabrina, car beaucoup de femmes la détestaient mais la tendre Wionna… cela le rendait perplexe. Il entreprit d’interroger Paul et Gérald, ses deux frères tous deux ici en vacances et il n’apprit rien sinon la mesure de leur peine et qu’ils avaient quelques soupçons qu’ils voulaient taire pour l’instant.

En revenant vers sa chambrée, il croisa Sabrina qui terminait un match et s’apprêtait à investir les vestiaires.

Son postérieur perlait de sueur, elle s’assit et ôta ses baskets. 00sex s’approcha…

-         Oui c’était mon amie, et ma concurrente pour le concours, je l’avais persuadée d’y participer pour attenter à sa timidité… répondit-elle à 00sex qui la taraudait de question des plus diverses.

Sabrina était tellement excitante avec ce corps fait de formes amples et élégantes que 00sex ne résista pas plus qu’un autre à l’appel de ses sens et l’interrogatoire se finit dans les râles de la jouissance. Néanmoins, la façon dont Sabrina lui avait fait l’amour éveilla en 00sex une question qui très vite se changea en intuition. Toute peine sur le visage de la jeune femme semblait feinte et elle avait fait l’amour comme une qui ne se souciait que de son plaisir. 00sex lui demanda si elle avait quelques raisons qui auraient pu l’amener à tuer Wionna comme par exemple le concours de beauté, Wionna était jolie…

-         On ne tue pas les gens pour si peu, répliqua violemment la jeune femme

-         Les autres peut-être mais vous si ! insista 00sex ! Ne tenez-vous pas à cette coupe plus qu’à tout autre chose, la vie des autres par exemple…

-         Vous n’avez aucune preuve !!

O0sex tenta alors de bluffer Sabrina qui se laissa prendre au jeu des fausses preuves.

La jeune femme blonde sortit une arme de son sac et se sauva cul nu, les seins fermes mais balans, et gagna le flan de la montagne avant de pénétrer dans la grotte. O0sex, le temps de raisonner son sexe l’avait suivie, se demandant ou cette poursuite allait le conduire. Il perdu très vite Sabrina de vue et ne la retrouva que lorsqu’il pénétra dans un lieu plus vaste au centre duquel on pouvait admirer un large puits. Sabrina y prenait d’une main appui et de l’autre brandissait son arme en direction de 00sex.

-         Ca va 00sex vous pouvez ôter vos grotesques moustaches. Si vous ne voulez pas que l’on vous reconnaisse il vous faut éviter de faire si souvent la couverture des journaux ! dit-elle.

-         Vous n’irez pas loin Mademoiselle, répliqua 00sex.

-         Qui vous dit que je pars, c’est vous qui allez bientôt entamer un très long voyage : un accident est si vite arrivé.

-         Vous êtes machiavélique, dit 00sex comprenant que Sabrina l’avait attiré dans un piège.

-         Et surtout prête à tout, crut-elle utile de souligner comme si 00sex ne l’avait pas encore compris. Et elle parti d’un rire exagéré qui convenait mal à la beauté blonde de son visage. Visiblement elle était très excitée par la situation et dodelinait des fesses comme si elle eut voulu se faire prendre sur le moment.

Elle reprit

-         Cette petite garce de Wionna pensait pouvoir gagner le concours et il faut avouer qu’elle avait ses chances. Je ne pouvais pas la laisser faire. Je l’ai invitée à me rejoindre sur le bord de la falaise en prenant l’excuse d’une nouvelle importante et la je l’ai poussée. Elle est tombée sans même un cri.

-         Votre beauté et votre jeunesse ne vous rendent pas moins abjecte.

-         Vous savez il n’y a que le premier meurtre qui coûte, là c’était facile

-         Dois-je comprendre qu’il y a eu d’autres victimes ?

-         Une seule et vous allez bientôt la rejoindre dans le puits.

-         Qui était-ce ?

-         Oh une rien grand chose, on s’est disputée ici et elle a fait une mauvaise chute. La police a conclut à l’époque à une fugue. Inutile de préciser qu’elle n’est de fait jamais réapparue. Avancez près du puits que j’aie le plaisir de vous regarder vous écraser comme une merde ! Tout en disant ces mots la jeune femme s’était emparée d’un lourd caillou qu’elle balança tout au fond du puits.

-         Vous entendez-comme c’est profond ! Allez ! SAUTEZ !!

-         Vous feriez mieux de vous rendre à la police, répliqua 00sex

-          La police ne saura rien car vous ne serez bientôt plus en état de lui révéler quoi que ce soit ! Et elle reprit avec plus d’invective encore : SAUTEZ AVANT QUE MON ARME NE PERDE PATIENCE!

Soudainement Paul et Gérald surgirent de derrière un rocher comme on ne sait d’où et en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire ils désarmèrent Sabrina qui n’eut que le temps de crier sa surprise. Les deux hommes l’empoignèrent et Paul la pris comme un vulgaire sac en appui sur son épaule et le cul nu en l’air. Les protestations de Sabrina qui frappait des mains et des pieds furent sans action sur son destin. 00sex compris très vite les intentions de Paul ; il voulut protester mais Gérald le tança vertement

« Ne vous occupez pas de cela, c’est une affaire de famille »

Paul s’approcha très vite du puits et sans pensée ni doute y jeta Sabrina comme on le fait d’un ballot trop lourd à porter. La jeune femme dont la nudité n’était démentie que par ses chaussettes disparu à poil dans la bouche béante qui l’avala comme quelqu’un de trop rarement rassasié. Elle hurla si fort que son visage sembla s’ouvrir en deux, son front s’orna de rides et ses bras imitaient l’oiseau des fois qu’elle se serait mise à voler. Bientôt le cri stoppa net et tous comprirent que Sabrina venait d’embrasser le sol avec une ardeur fatale.

-         Quelle fin horrible ! s’exclama 00sex visiblement perturbé.

-         N’oubliez pas qu’elle vous destinait un sort guère plus enviable, rappela Gérald

-         C’est quand même une drôle de manière de s’envoyer en l’air, souligna 00sex avec cette fois un peu moins d’irritation dans la voix.

-         Elle n’a eu que ce qu’elle méritait, notre sœur est vengée !

O0sex ne pouvait ni leur donner tord ni raison. Sabrina était une salope doublée d’une meurtrière mais de là à finir en disparaissant toute nue dans un profond puits… La justice a des voies impénétrables qu’il faut mieux parfois ne pas trop discuter pensa 00sex en même temps qu’il réorganisait ses moustaches. Quand les trois hommes sortirent de la grotte rien ne transpirait des évènements survenus quelques minutes plus tôt, rien sinon peut être leur sexe au garde à vous, un peu trop droit pour être honnêtes. Ils convinrent d’un silence commun et s’étonnèrent de ce que personne ne s’inquiéta trop de la disparition soudaine de la jeune femme hormis quelques bites qui gardaient encore la réminiscence de son beau postérieur. Débarrassé de cette parenthèse, 00sex lui s’apprêtait à vivre de nouvelles aventures…

Auteur:Une Française