Je frappe, elle ouvre

homme domine une femme avec ses phantasmes

Toc toc toc, je cogne à la porte. Elle ne sait pas qui c'est, mais elle ouvre. Ca pourrait être n'importe qui, même quelqu'un qu'elle ne connaît pas, qui cherche l'effet de surprise. Elle ouvre. Je pousse la porte grande ouverte avec mon pied; si les voisins d'en face de l'appartement regardent, c'est pareil pour la suite. Elle ne dit rien, elle ne manifeste qu'un petit sourire (fugitif car elle sait et ne veut pas montrer).Je m'avance pour la faire reculer. Elle s'exécute. J'ai envie de l'humilier tout de suite, dans le risque d'être vus, mais je respecte un éventuel regard d'enfant ou d'adulte aillant l'esprit ailleurs. Je referme la porte et le verrou. Elle est dans ma prison, qui est aussi la sienne. Maintenant elle sourit, elle ne savait pas que j'allais venir, mais je soupçonne qu'elle a deviné au moment de l'appel de la porte, sans en être sure. Je fantasme à l'idée qu'elle aurait ouvert à un homme qui la sait seule, et qui ne serait pas moi. Je fantasme ... une fraction de seconde seulement. Elle a reculé dans la pièce mal éclairée; je lui dis d'allumer plus. "Tu as quelquechose à boire ?" "J'ai juste un peu de bière, mais pas beaucoup" Elle ne sait pas recevoir cette salope, depuis le temps que je lui dis, elle va en recevoir. "Ca ira" Je prépare une cigarette et un briquet pour la suite. Elle obéira quand elle reviendra. "Avec qui tu as couché, depuis la dernière fois ?" "Personne, tu sais bien !" "Et tu ne t'es pas masturbée ?" "Non" "Même en pensant à moi ?" Pas de réponse. Je trouve le temps long. "Tu penses à moi quand tu vas aux toilettes ?" "Quelquefois" C'est vraiment insuffisant; "cette fille est trop vilaine, il me la faut". Tout ça mérite méditation et travail. Je sais comment avoir la méditation. Il me faut peu d'hésitation pour le travail, mais j'aimerais rafiner pour m'adapter à la situation; aussi la méditation peut aider à resituer les choses : Je me rappelle quand je l'avais obligée à aller acheter un magazine porno dans un tabac-presse où elle allait souvent. Quand je lui ai demandé comment ça s'était passé, elle a répondu : "J'ai dit que c'était pour mon mec qui attend dans la voiture". Elle avait honte mais elle l'avait fait; j'étais content d'elle et je lui ai dit. Je me rappelle aussi quand nous étions allé ensemble chez un loueur de cassettes vidéos. C'était une femme à la caisse. Je lui ai demander de poser la question de où on pouvait trouver les K7 porno anales. Elle a dit "mon homme aime bien ça". J'ai bien vu qu'elle était encore une fois toute émoustillée qu'on l'oblige à faire certaines choses. Ca la disculpe de ses envies refoulées, qui peuvent ainsi venir à la conscience. J'ai un autre souvenir, mais je n'aimerais pas trop allonger le récit. Si vous voulez des détails ou des omissions, contactez-moi via mon e-mail. Elle revenait donc de la cuisine avec la bière à moitié versée.Elle s'habille toujours en pantalon bon marché, collant avec un élastique à la ceinture, acheté au discount du coin. Ca fait très vulgaire et très provocatrice (même si celles qui en portent pensent le contraire), parce que ça montre les formes. Les formes, la provoc, et la vulgarité sont des choses qui, conjuguées, peuvent mettre hors d'émoi conjugal un bon nombre de maris - et un bon nombre de non-mariés qui ne rèvent cependant pas de prostituées -. Je sentais que si je lui demandais de se déshabiller, elle ne le ferait pas. Les hommes savent pourquoi (!!!), les femmes savent pourquoi(mais non, pas les règles). Aussi lui ai-je ordonné de se mettre à poil, que je perde pas de temps. C'est à ce premier moment-là que j'apprécie d'allumer une cigarette, pour prendre le temps de regarder, de sentir, de toucher en surface, de faire changer de position pour voir d'autres aspects ... Moment de contemplation avant l'élaboration. C'est ce que j'appelle la méditation (rien du boudism !) Je me demande si je ne vais pas arréter là mon récit pour vous faire saliver, aussi bien femmes qu'hommes. Réclamez-moi sur le site et aussi via mon adresse e-mail. J'écris la suite pour moi dans mon coin pour ceux(celles) qui auront été excité(e(s)) Suite=histoire de forçage, dilatation, pisse et déconstipation, souvenirs innoubliables, c'est tout pour l'instant.

Auteur:HPolymorphe.Nord

logo