La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode 149)

Histoire écrite par Caline

Olivier profita d'être revenu dans la chambre pour se reposer, la journée fut terrible
en frustration. Rapidement il s'endormit, maudite cage qui l'avait empêcher de
posséder cette jeune et belle femme, le Marquis d'Evans est aimable avec lui mais quel
était le sens de ses derniers propos que devait-il apprendre des derniers évènements.
Olivier rêva en début de nuit, qu'il était comme un étalon puissant, comme Monsieur le
Marquis prenant et jouissant pour son bon plaisir. C'est un coup de poing sur la porte
qui le réveilla, encore tout endormit, il se leva pour ouvrir. Marie rentra comme une
furie dans la chambre :

- "Sombre idiot" dit elle, Walter m'a raconté ce que tu n’as pas fait à cette petite
chienne. Sache que c'est la protégée de Firmin. Tu as commis une grosse maladresse, en
ne lui provoquant aucun orgasme. J’avais obtenu l’autorisation de Monsieur le Marquis
qu’elle est droit à la jouissance et au lieu de cela elle n’a eu droit qu’à quelques
gémissements. Tu as donc mon courroux mais aussi celui de Firmin un soumis noir d'une
trentaine d'année qui est l’étalon choisi et attitré par le Maître pour l’ensemencer
et lui donner du plaisir selon le bon vouloir du Marquis bien entendu. Et je pense que
Firmin ne va pas du tout apprécier."

Elle continua de plus belle :

- " Oui, imagine ce que Firmin va faire quand il saura que tu as été incapable de
procurer du plaisir à sa belle protégée, je pense qu'il suppliera au Maître de te
faire exactement la même chose, mais lui, je peux t'assurer qu'il n'aura pas besoin de
gode, tu sais ce que l'on dit sur le volume des sexes des blacks"

Marie lui raconta dans le détail comment il était bien pourvu par la nature: la
longueur, l'épaisseur du membre de Firmin, tout dans la description contribuait a
effrayé Olivier, se voyant déjà possédé ou plutôt labouré par Firmin l’étalon. Puis
Marie, tout d'un coup dit :

- "Montre moi ta nouille que je le compare à celui de Firmin"
- "Mais je ne peux pas, il est en cage"
- "Je sais, montre quand même" dit elle

Olivier s'exécuta, il se leva lui montrant directement la cage qui emprisonnait le
sexe.

- " Et si on libérait ton oiseau, tu pourrais peut être t'occuper de moi, tu sais, si
je n'ai pas le charme de cette jeune noire, mais j'ai une grosse expérience et
j'aimerais que tu me démontres que t'es vraiment un homme… En tant que femme à tout
faire de la maison, j'ai les clés de beaucoup de pièces dont celle de ta cage,
approche je vais te libérer, on vas pouvoir vérifier la vraie taille de ton membre et
voir surtout que tu bandes encore"

Olivier fut heureux de voir que Marie ne se moquait pas de lui, la cage fut bien
enlevée et même elle lui appliqua un léger massage pour que le membre reprenne
vigueur. Elle ajouta simplement

- " Voilà, il reprend des couleurs, ton pénis; c'est mieux et même, on va pouvoir le
comparer avec celui de Firmin.

Olivier blêmit, qu'avait elle prévu ? La réponse vint par une ombre au sol. Firmin
était sur le pas de la porte nu, bandant comme cerf. Marie rajouta

-" Nous allons pouvoir finalement jouer au jeu de la comparaison"

Perverse, elle s’exclama :
- "Celui qui aura le sexe le plus petit me prendra en premier histoire de me préparer
à la saillie de Firmin qui sait tant me faire jouir."

Elle s'allongea sur le lit en écartant les cuisses, Firmin poussa Olivier :

-" Vas y, tu as vu ta nouille par rapport à mon sexe"

Olivier s'insinua alors entre les cuisses de Marie, son sexe entre le port de la cage
et la présence de Firmin, n'était pas des plus vigoureux, il réussit quand même à
l'introduire dans le vagin de Marie, enfin il allait pouvoir lui montrer ses qualités
d'amant. Les premiers mouvements du bassin ne procurèrent qu'un bâillement à Marie qui
visiblement s’ennuyait. Olivier était loin de la combler, celui ci s'en aperçut et
redoubla d'efforts, il devait obtenir des gémissements de plaisir, démontrer à Firmin
que la taille ne fait pas tout. Malheureusement, c'était le contraire qui se passa,
provoquant l'exaspération de Marie qui voulait être bien baisée, alors au bout d’un
moment, elle prit les devants :

- "Firmin, aide donc notre ami"

Olivier ne comprit pas tout de suite ce qui allait se passer, ce n'est que lorsque
Firmin se positionna derrière lui, qu'il sut quel scénario avait prévu cette perverse
de Marie. Il allait être sodomisé par Firmin, et les coups de boutoir de celui-ci
permettrait au sexe d'Olivier de procurer du plaisir à Marie. D'ailleurs celle ci, des
deux mains, écarta les fesses d'Olivier facilitant le passage du gland de Firmin. Le
viril black l'embrocha d'un coup en disant

- " Ca c'est pour ma belle black que j’ai l’honneur de saillir et que tu n’as pas pu
faire jouir"

La vigueur de son sexe permettait de forcer tout passage, Olivier sentit ses chairs
s'ouvrir remerciant au passage Monsieur le Marquis pour le port du plug journalier qui
avait considérablement assoupli sa rondelle, il en remercia secrètement et compris
alors le sens de ces propos. Néanmoins le plus dur allait venir...

(à suivre)

Caline

Auteur:Marquis d'Evans

logo