La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans (épisode 141)

Histoire écrite par Caline

Première rencontre, en vacances :

Ce jour là, j'étais seul au réveil ma compagne étant partis hier pour des obligations
familiales, une nouvelle journée de vacances en bord de mer s'annonçait.

A la vue du soleil matinal je compris que la journée allait être agréable malgré ma
solitude toute nouvelle; une journée de plage à bronzer et à se baigner, mais pour
l'instant départ pour la cuisine pour la préparation d'un solide petit déjeuner, la
salle de bain ensuite et c'est sous la douche que je pris conscience des nouvelles
possibilités qui s'annonçait.

Mon lieu de vacances est connu pour un endroit particulier, une petite crique ou les
nudistes se regroupaient pour être tranquille et même un endroit à l'écart connu pour
accueillir plus particulièrement les hommes célibataires.

Cette idée d'y aller me pris comme cela, sous la douche, mon sexe me démontra par un
début d'érection qu'il n'était pas insensible à cette idée.

Ainsi la décision fut prise, j'allais aller à une plage naturiste pour la première
fois et me dévêtir devant des hommes qui était clairement rassemblés pour observer
leur congénères; c'est ainsi avec cette idée qui me perturber que je quitta
l'appartement avec ma tenue de plage habituelle maillot de bain boxer tee shirt et
bien sur une serviette de plage.

Mes voisins croisés dans l'appartement me dire bonjour, qu'allaient-ils penser si
aujourd'hui ils voyaient que la direction que j'allais prendre été les criques
naturistes quel délicieux supplices de penser à cela, d'éprouver un sentiment de
culpabilité face à mes instincts profonds et cette envie aussi de s'y soumettre.

La distance jusqu'à la crique fut rapidement parcouru, j'avoue d'avoir presser le pas
dans un sentiment confus, j'allais vraiment le faire me dévêtir montrer ma nudité, la
forme de mon sexe à d'autres regards d'homme habitué de juger et de soupeser d'un
regard la vigueur d'un sexe masculin.

La crique au détour du chemin s'offrit à mon regard, inondé de soleil je remarquai
quelques couples nus sur les rochers, certains debout, d'autres allongés la seul chose
à remarquer c'est que quand je me suis approché leurs regards se posèrent sur moi, un
homme seul habillé un voyeur ?

En continuant vers la partie réservé aux hommes seuls ils comprirent ma nature et
c'est ainsi que je pu voir que certains me regardaient avec un sourire un peu
narquois.

Sans m'affoler le continuai vers la partie plus à l'écart, la je vis des hommes nus
seuls ou en couples, certains étaient même habillés, qu'allais je faire réellement,
tout d'abord je chercha un endroit un peu à l'écart mais suffisamment observable, un
grand rocher plat à proximité immédiate de l'eau.

Pour me protéger de la morsure du granit je posa ma serviette ma décision fut prise je
devais enlever mes habits, montrer ma nudité ainsi c'est face à la mer pour préserver
une pseudo intimité que j'enlevais mon maillot, le tee shirt suivant dans la foulée,
nu j'étais nu, mes fesses blanches révélant aussi la nouveauté de la chose pour moi.

je m'allonge sur la serviette dans une position que je crois naturel jambe légèrement
écarté face au soleil, un sentiment curieux m'envahit peu à peu qu'allait il se passer
?

Au bout de quelques minutes alors que je décidai de me baigner pour me rafraichir mais
aussi en me mettant debout de pouvoir mieux observer mon entourage je surpris quelques
mouvements en ma direction, d'abord des hommes nus se rapprochant à quelques mètres,
m'observant pour voir qui était ce nouvel arrivant.

Continuant comme si de rien n'était je me glissa dans l'eau, le choc thermique me
surprit et je décidai de nager pour me réchauffer ma baignade pris quelques minutes et
c'est en sortant du bain que je m'aperçus que mon sexe c'était considérablement
réduit, je m'allongea rapidement sur ma serviette pour que mon corps se réchauffe au
soleil, et c'est là que je sentis sa présence, derrière moi, à trois mètres, un homme
de grande stature, habillé me regardait je fut pris d'un sentiment curieux moi nu, lui
au dessus de moi dans une position dominante, m'observant.

Je crus qu'il allait partir la situation pour moi devenait gênant mais n'est ce pas
cela que j'étais venu chercher, tout d'un coup ol s'approcha encore ce n'était pas
quelqu'un qui passait il était là pour moi, j'en étais troublé, sa voix brisa mon
malaise " petite, elle est petite" que disait 'il il parlait de mon sexe quel
humiliation je n'ait pas un membre extraordinaire de plus il avait tendance entre le
bain et la situation de se faire tout petit, cet homme avait raison, j'étais devant
lui offert avec un sexe montrant ma nature de soumission je le sentis comme cela, ce
fut vraiment une révélation.

Cet homme avait de l'expérience en la matière c'était évident, son allure générale,
son port de tête, sa façon de bouger tout en lenteur et ce regard intense me surpris
je le fixai moi aussi mais je baissa les yeux, je compris qu'il attendait plus de moi,
et ma main se posa sur mon sexe pour décalotter mon gland pour lui montre plus encore
ma nudité pour qu'il profite plus encore de mon corps, j'entendis encire sa voix "
bien c'est mieux comme cela, tu as compris ce que j'attendais, mais toi debout
maintenant"
Je m'exécuta offrant encre plus mon corps, "tourne toi" dit il et puis approche toi
mais baisse la tête regarde ton sexe décalotté tiens le avec ta main, viens me
l'offrir"

Penaud, je répondis à sa demande, sexe décalotté en main je m'approcha je savais que
nous n'étions pas seul, n'importe qui pouvais nous voir, quel drôle de sentiment.

A un mètre de lui il me dis de nouveau " c'est bien, c'est bien, maintenant tourne toi
montre moi ton anus et accroupit toi tête baissé au sol, je veux juger et voir ce que
je posséderai bientôt", ses propos furent comme une gifle intérieur qu'allais je faire
partir de suite, non docilement, je répondis à sa demande.

La position fut prise et maintenu c'est quand il me dis que je pouvais disposer que je
repris une position plus naturel : "Je suis le Marquis d'Evans" tu regarderas sur
internet à ton retour de congés et prends contact avec moi ...

Le retour de vacances :

Olivier rentra chez lui, le souvenir de l'épisode de la rencontre et de sa posture
humiliante devant cette homme était encore présent, le nom Marquis d'Evans raisonnait
dans sa tête, qui était il ? pourquoi faire une recherche sur internet, quel internet
? Sa vie était déjà bien occupée entre le travail et les occupations quotidiennes
familiales, Olivier s'interrogeait, et la routine repris naturellement le dessus.

Au travail de nouvelles responsabilités lui prenait beaucoup de temps, la fatigue à
cause du nouvelle emploi du temps, fut rapidement présente ainsi que le stress
l'accompagnant. Un soir particulièrement crevé il se remit à penser à ses vacances et
aux fameux épisodes sur les rochers de la crique, le nom lui revint immédiatement en
tête, Marquis d'Evans et les paroles de celui ci "regarde sur internet"

Regarder sur internet, pourquoi faire ! Et puis le désir fut plus grand et c'est dans
la nuit que la résolution de regarder fut prise. Olivier se leva, alluma l'ordinateur
et consulta google, la réponse à sa recherche fut rapide : Marquis d'Evans, veille
famille Noble, une photo aussi c'était bien l'homme de la crique, il présentait sa
demeure, un château situé dans le Beaujolais, une belle bâtisse qui a du traverser les
siècles à en voir l'épaisseur des murs et la forme du château du XIIème.

Le Marquis d'Evans proposait d'ailleurs des séjours de relaxation dans son château.
Mais de quelle relaxation s'agissait-il ? sur internet il n'y avait pas d'information
particulière sauf de prendre contact directement par mail. Olivier en plein doute
ouvrit sa messagerie et envoya juste quelques mots, une demande de renseignements sur
un séjour dans la demeure. Le sommeil reprenant le dessus il regagna son lit, les
images du château et du mail envoyé occupait encore son esprit.

Le lendemain matin en ayant tout oublié, il partit rapidement au travail, toujours le
quotidien, avec le lot de problèmes à régler. Ce n'est que le soir venu qu'il repensa
au mail, le retour à son domicile fut comme une douce torture, y avait-il une réponse
et qu'elle en serait le terme ? La réponse fut donnée par l'ordinateur, le Marquis
d'Evans en personne visiblement avait répondu, donnant quelques renseignements sur la
nature de la relaxation: basée sur un relâchement total pour permettre d'explorer de
nouvelles voix pour permettre à l'individu de s'accomplir. Le rythme des séances était
décidé uniquement par Monsieur le Marquis ainsi que la progression dans la relaxation
Le mail se terminait par des possibilités de dates. Olivier comprit l'invitation et
répondit, ainsi date fut prise.

L'arrivée au Château :

Le Marquis d'Evans répondit au mail confirmant la réservation, la simple
recommandation était d'arrivée aux dates et heure prévues et qu'il n'était pas besoin
d'amener des effets de toilettes, tout étant fournis sur place. Il ne restait plus
qu'à Olivier de réserver les dates de congés à son employeur, ce qui fut fait dés le
lendemain : Il serait donc absent pendant une semaine début mai. Il ne lui restait
qu'à attendre les quelques jours avant le départ pour ce congé , ceux-ci passèrent à
toute vitesse, le travail en fut rendu plus rude encore et la délivrance du séjour
dans ce château, vécut comme une récompense.

Enfin la date approcha, l'organisation du trajet en train et taxi ne prirent que
quelques minutes. Olivier se sentit serein mais perplexe sur les affaires à prendre,
pour quelques jours au mois de mai, il prit le soin de choisir des tenues passe
partout, classiques et confortables, le sac ne contenait aucune affaire de toilette,
tout était fournis par Monsieur le Marquis d'Evans. Et c'est ce matin, que le train
TGV en direction de Lyon partit de Paris, Le billet d'Olivier lui permettait de
voyager en ayant la vue sur le paysage, mais la seule chose que remarquait Olivier
n'était pas la vue mais le vague souvenir sur cette crique, du Marquis, de sa demande
de lui montrer son anus jambe écartée dans la position qui ne laisse pas planer de
doute sur la suite des évènements. Il se souvint aussi du puissant regard Dominateur
de ce Marquis, un regard qu'on oublie pas.

A la gare le taxi était là, un homme débonnaire qui rapidement pris en charge Olivier,
la destination finale du Château de Monsieur le Marquis d'Evans le fit sourire, il
indiqua simplement que le trajet durerait que trois quart d'heures. Et c'est ainsi,
qu'Olivier se rapprocha de Monsieur le Marquis d'Evans, un séjour de relaxation et de
découverte de soi, voilà quelque chose qui lui permettrait de décompresser et
d'oublier le quotidien. La voiture, une berline confortable avala les kilomêtres
rapidement et c'est avant la nuit que la destination finale fut atteinte, le château
merveilleusement imposant avait l'air accueillant, un peu plus que sur les photos du
site le laissait supposer, de plus il était entouré d'un joli et immense parc aux
arbres centenaires accompagné de statues montrant des scènes pour le moins étranges
d'hommes ou de femmes couchés nus pour la plus parts avec un personnage central
dominant en hauteur. Le taxi déposa Olivier, lui souhaita un bon séjour et partit le
laissant seul et son sac face à la grille du château.

Une sonnette annonça sa visite, et c'est un homme qui lui ouvrit la porte, les
formalités d'usage remplies, il lui indiqua sa chambre en insistant plus
particulièrement sur la salle de bain, Olivier remarqua que les éléments de toilettes
comprenait tout ce qui était nécessaire à une bonne hygiène mais aussi un rasoir à
l'ancienne, crème dépilatoire et un livret. Le domestique dit simplement à Olivier que
la lecture du livret était importante, codifiant la vie du château et la présentation
nécessaire à une bonne relaxation, il indiqua aussi fermement que Monsieur le Marquis
d'Evans tenait particulièrement à ce que les règles inscrites soient suivi d'effet et
qu'il y avait des contrôles. Olivier demanda quand les phases de relaxation
débutaient, on lui répondit tout de suite tout dépend de la lecture et de
l'application du livret, si la première étape était remplie, celle-ci décrite dans la
page 1, d'autres nécessaires de relaxation seront amenés.

Olivier remercia poliment le domestique, et tout en rangeant ses affaires fut pris de
l'envie de découvrir la méthode inscrite dans le livret. La première page indiquait
simplement qu'il devait se raser les parties génitales et une indication sur la
meilleure méthode pour y parvenir, des illustrations montrait le résultat devant être
obtenu, sexe glabre de tout poil, périnée et pourtour de l'anus, pour le reste du
livret, les pages était blanches, cela me surprit, il n'était fait mention que du
texte suivant : Méthodologie du Marquis d'Evans, Châtelain.

Tout d'un coup, le téléphone de la chambre raisonna, cela le fit sursauter, découvrant
le combiné Olivier décrocha, cette voix il l'a reconnu de suite, Monsieur le Marquis
en personne prenait des nouvelles :

- "Bonsoir vous êtes bien installé je vois, sachez que nous dînerons ensemble pour
l'instant vous devez réaliser la première partie de la méthode, je vous donne une
petite heure, mon domestique Walter, viendra à ce moment là pour récupérer vos poils
pubiens, vous amener et vous expliquer le fonctionnement du coffret et des nécessaires
de relaxations les accompagnants, exécutez-vous, ne perdez pas de temps" et il
raccrocha sans que Olivier ne puisse dire un mot.

Une heure, Olivier avait devant lui une heure pour réaliser quelque chose qu'il
n'avais jamais fait, une épilation totale de ses parties génitales, il en fut ainsi la
paire de ciseaux permit d'enlever une partie des poils, la tondeuse fournie, fut d'un
bon usage, le livret était précis sur l'usage à faire de la crème dépilatoire. A la
fin l'eau chaude de la douche permettant un nettoyage en règle. La grande glace
permettant un contrôle minutieux, les photos du livret et explications étaient
claires, pas un poil ne devait rester. C'est ainsi qu'Olivier se découvrit, un sexe
seul sans poil pour le protéger, pénis et testicules mis réellement à nu, son anus lui
paraissait plus propre mais aussi d'une manière surprenante plus beau c'est ce qu'il
remarqua dans la glace.

Walter, le domestique fut à l'heure, il trouva Olivier en peignoir, la vue des poils
pubiens rassemblés avec soin lui permit de dire :

- " Ah je vois que vous avez réalisé la première étape, montrez-moi maintenant le
résultat, je me dois de contrôler''

Il s'approcha d'Olivier et d'un geste rapide ouvrit le peignoir. Il se laissa faire,
Walter pris le temps de regarder, en disant !

- "Trés bien, bon résultat, tournez-vous maintenant, parfait votre anus aussi, vous
êtes consciencieux, Monsieur le Marquis appréciera, mais avant de lui être amené et de
participer à son dîner, je dois vous détailler les objets du coffret, pour le
découvrir veuillez ôter votre peignoir totalement"

Quelle surprise de l'entendre dire cela, que contenait donc ce coffret ? Il en fut
ainsi, c'est en se présentant nu que le coffret s'ouvrit, à sa grande interrogation,
il contenait d'autres boites ne laissant deviner leur contenu, seule la taille donnait
une indication, le domestique sortit la première boite marquée d'un numéro : le un. Un
objet fut rapidement sorti et le domestique expliqua que la présentation à Monsieur le
Marquis d'Evans ne pouvait se faire qu'avec cette objet, interloqué Olivier l'était !
Surtout que dans la foulée, Walter lui dit :

- " Maintenant, écartez les jambes et inclinez vous vers le lit, prenez appui de vos
mains sur celui ci, ce n'est pas douloureux mais nécessaire pour permettre une
relaxation de votre corps, n'ayez crainte, j'ai l'habitude, je travaille avec Monsieur
le Marquis sur cette méthode depuis de nombreuses années"

Devant tant de conseils, Olivier s'exécuta et c'est ainsi qu'il sentit, dans cette
position, jambes et bras écartés, le haut du corps incliné vers le lit, l'objet en
question prendre contact avec son corps, un plug ! C'était un plug. Il allait être
plugé pour rencontrer Monsieur le Marquis. Le domestique pris son temps pour
introduire l'objet, lui indiquant de se relâcher, que c'était à lui Olivier de
permettre à l'objet de rentrer, quelle ironie ! Ce n'est pas le majordome qui sentit
l'objet prendre son intimité, son anus s'ouvrit et se referma sur le plug, il était en
place, il pouvais enfin être présenté à Monsieur le Marquis d'Evans...

(à suivre)

Auteur:Marquis d'Evans