La mère de Caroline

chapitre 2

Quelle déception de constater qu'il n'y a plus de nouvelles histoires de lesbiennes depuis un bon nombre de semaines déjà... Pourquoi être timide ? Ceci était un petit avis avant de débuter la suite de mon histoire...
Eh oui, quelques jours seulement après ma petite aventure avec Johanne, je suis retournée chez mon amie Caroline. Mais ce n'était pas elle que j'avais envie de voire, vous vous en doutez probablement. Je savais qu'au moment où j'arriverais chez elle, Caroline serait chez le médecin, mais je gardais ce petit secret pour moi. Donc je sonna à la porte principale de la maison. Johanne ouvrit.
Comme à son habitude, elle était TRÈS sexy. Elle portait une petite robe rouge très moulante et très courte. Quand elle m'apperçue, elle souria:
-Bonjour Anaïs, Caroline n'est pas là, elle avait un rendez-vous chez le médecin. - Ah...dommage, lui dis-je avec un petit sourire timide.
-Tu peux entrer quand-même me dit-elle. Ce que je fis sans trop tarder...
À l'intérieur, elle m'offrit un verre, que j'acceptai avec joie. Après quelques verres, Johanne commençait à être plus chaude, et moi aussi. Elle me dit:
-Ça ne te dérange pas si je me mets plus à l'aise ? Je lui fit un signe négatif. À cet instant, elle enleva complètement sa robe, elle ne portait aucun sous-vêtement. Cela me gêna un peu, surtout que j'adorais son corps. Je ne dis rien.
-Il fait chaud ici, tu ne trouves pas Anaïs ?
-Oui, c'est vrai, lui dis-je. à cet instant, elle se versa du wisky sur le corps. Elle avait l'aire d'apprécier ce doux frisson. Ses beaux seins durcirent au contact du liquide.
-Approche Anaïs, tu peux goûter si tu veux...
Je me suis alors approchée et j'ai goûté doucement au liquide...
Je léchais doucement ses mamelons. Lorsque le liquide eut complètement disparu, je commença à sucer ses mamelons. Johanne semblait apprécier la caresse, car elle gémissait comme une putain, ce qui m'excitait au plus haut point. Après, elle se leva et me dit de me coucher par terre sur le ventre, ce que je fis. Elle revins quelques minutes plus tard.
-Tu peux regarder...
Johanne était vêtue en cuir noir. Le cuir moulait parfaitement à sa peau. Il laissait paraître ses seins encore plus gros qu'ils ne l'étaient en réalité. Elle me dit:
-Écoute bien petite salope, tu mérites une punition, tu es une vraie garce et les garces dans ton genre doivent être punis. C'est alors qu'elle m'attacha ventre à terre. Elle attacha mes poignets et mes chevilles, mais avant elle écarta mes jambes au maximum. Elle commença alors à me fouetter...
le dos et puis les fesses. Pendant ce temps, elle me criait que j'étais une salope. Puis quelques instants après, je sentis un vibrateur entrer dans mon petit trou. Elle l'entra très fort et très violemment. Elle allait très vite, c'était douloureux. En même temps, elle me fouettait, mais heureusement, pas très fort.
Après ces quelques ébats, Elle me détacha et me retourna sur le dos. Elle commença à se masturber devant moi. Elle touchait ses seins avec vigueur et elle jouait avec sa petite chatte. Si j'avais le malheur de m'approcher pour lui toucher, elle me frappait en plein visage. Je suis restée là pendant longtemps à la regarder se masturber, jusqu'à ce que une autre femme entre dans la maison.
C'était une jeune fille en fait, elle devait avoir 16 ans environ. Elle était elle aussi très sexy. À cet instant, Johanna s'arrêta :
- Ah bonjour Sarah, Voici Anaïs, une amie de Caroline, qui est aussi une folle de moi, c'est une excellent soumise...
Sarah souria et embrassa Johanna d'un long baiser passionné... Johanne me regarda et me dit alors:- C'est Sarah, ma nièce... c'est la fille de ma sœur...et aussi ma tendre amie depuis qu'elle a 12 ans. Je suis restée bouche-bée. Décidément, Johanne est une vraie pute !

Auteur:Anaïs