Les grands chênes 8

chapitre 8

Le lendemain midi Mme Edwige fit une annonce au moment du repas.
- Mesdemoiselles, ce soir avant de vous coucher, vous êtes priées de vous rendre au local de l'infirmerie. Il sera transformé pour l'occasion en salle de pénitence. Annie recevra une fessée et Alice le fouet. Elles attendront dans leur chambre que l'on vienne les chercher.
L'après midi Annie eut du mal à se concentrer sur le cours de Claire.
- Annie, pouvez vous donner la réponse à la question que je viens de poser ?
- Euh, non Madame, je n'ai pas bien compris la question.
- Ah oui ! Et bien je vais vous apprendre à écouter mademoiselle Annie. Allez chercher une paire de bracelet et revenez ici. Claire met la paire de bracelet en cuir aux poignets d'Annie pour les attacher dans le dos.
Elle demande à Annie de se mettre à genoux sur la chaise à côté de son bureau, dos à la classe.
L'attente de la suite des évènements fut très pénible pour Annie. Une demi-heure plus tard Claire se lève enfin de sa chaise et s'approche d'Annie. Elle détache le mousqueton qui reliait les poignets dans le dos, appuie sur le dos d'Annie pour l'obliger à se courber en deux sur le dossier de la chaise, la tête en bas, puis attache les bracelets de poignets aux pieds de la chaise. Ainsi bloquée, elle ne peut plus bouger et expose parfaitement son derrière. Carole prend ensuite la jupe par le bas et la fait redescendre par-dessus la tête. Elle tire d'un coup sec de chaque côté de la petite culotte et les boutons pressions cèdent immédiatement. Elle tire doucement sur le petit bout de tissus pour le décoller de l'entre jambe et le retirer complètement. Le cul d'Annie est maintenant parfaitement exposé, complètement nu. Carole caresse doucement le postérieur, en prend toute la dimension, descend et remonte doucement le long des cuisses en suivant tout le sillon de l'entre jambe. Le sexe et la pastille de l'anus sont parfaitement exposés. Annie sent un courant d'air rafraîchir toutes ses parties, et cette caresse lui donne la chaire de poule.
Tout à coup la main se lève et retombe violemment sur la fesse droite, puis sur la gauche. Elle recommence sa caresse sur le fessier ou apparaît deux belles marques rouges. Puis elle recommence à claquer attendant que les fesses se relâchent entre chaque claque. Après dix minutes de ce traitement elle accélère le rythme. C'est alors une avalanche de claques qui tombent sur le postérieur maintenant cramoisi. Les cris d'Annie sont vraiment terribles et les jambes trépignent de douleur sur la chaise. Carole détache ensuite Annie.
- Voilà qui va te tenir tes petites fesses au chaud jusqu'à ce soir ma petite Annie.
Après le repas les filles allèrent directement à l'infirmerie puisqu'elles avaient déjà leur tenue de nuit. Annie et Alice elles rejoignirent leur chambre.

Auteur:Torride

logo